• Home
  • /Test
  • /Test | Samyang T-S 24mm 3.5 (Tilt shift) | Premières impressions
Test | Samyang T-S 24mm 3.5 (Tilt shift) | Premières impressions

Test | Samyang T-S 24mm 3.5 (Tilt shift) | Premières impressions

Devinez ce qui vient d’arriver dans ma boîte aux lettres aujourd’hui ?

L’objectif Samyang T-S 24mm 3.5 ! C’est un objectif T-S c’est-à-dire à bascule et décentrement (Tilt Shift en anglais), que je désignerai pour la suite de l’article « TS ».

Historique

Depuis environ 2 ans, je m’intéresse aux objectifs TS, pour leur rendu particulier et leurs qualités en photo d’architecture.

Ceux qui me connaissent bien savent que j’aime mon objectif Ultra Grand-Angle (UGA), avec son angle qui embrasse une grand partie du décor, que ce soit lors de mes reportages Mariage ou lors de reportages en entreprises, pour les vues intérieures des bâtiments.

Ce que l’on peut reprocher souvent aux UGA, ce sont les déformations qu’ils engendrent. Celles-ci sont parfois peu gênantes, elles peuvent être rattrapées en post-traitement. Les objectifs TS peuvent corriger cela dès la prise de vue, même si en contre-partie, la prise de vue peut prendre plus de temps, du fait des réglages à effectuer. Par exemple, les objectifs TS n’ont pas d’autofocus (donc on travaille en « MF » Manual Focus). On pourrait certes travailler en hyperfocale, mais ce n’est pas mon idée. Je préfère utiliser la fonction Live view de mon boîtier (vous savez la fonction très décriée à l’époque de sa sortie sur les reflex, parce que de ce fait, on pouvait faire comme sur les compacts et prendre des photos en regardant l’écran). Cette fonction associée au zoom x5 ou x10 sur l’écran permet une grande précision dans la mise au point. Je m’en sers déjà très souvent en paysage.

Je m’intéressais donc de très près à ces objectfs TS, je lisais tout ce que je pouvais trouver sur le sujet, surtout sur internet.

La focale 24mm n’est pas la première focale qui m’intéressait pour du paysage et de l’architecture, voire du packshot ou du portrait original. Et lors d’un salon, ce sont les gars du CPS (Canon Professional Services) qui m’avaient tout de même conseillé de tester cette optique. Chez Canon, on est sur un budget à quatre chiffres (la version L mark II est à 2800 € environ actuellement) ce qui fait réfléchir tout de même, même quand on est pro. Il faut penser à la rentabilité du matériel avant de penser à se faire plaisir.

En fin d’année 2014, c’est l’ami Christophe qui m’a rappelé que Samyang avait sorti une focale de 24mm aussi en tilt shift. Et chez Samyang, le budget reste à 3 chiffres. Alors bien évidemment, on se pose la question de la qualité.
Chez Samyang, l’économie sur les objectifs passe par l’absence d’autofocus. Et comme dit plus haut, les TS n’ont de toute façon pas d’autofocus.

En cherchant sur le net, je suis tombé sur le blog de Marc Charbonnier, puisque Marc a eu, il y a quelque temps, ce Samyang T-S 24mm en prêt.

Après quelques échanges avec Marc (on se connait via Twitter et Facebook), j’ai rédigé ma lettre de motivation à Samyang France pour connaître les modalités d’un prêt. Et me voilà aujourd’hui avec cet objectif en test.

Premières impressions

Outre l’emballage du colis, la boîte de l’objectif contient juste une feuille explicative, l’objectif, calé dans son empreinte en plastique, et une housse en velours pour ranger/prendre soin de son objectif.C’est un objectif de prêt mais je suppose que tout y est, tel qu’on pourrait trouver la boîte après un achat.

Je garde la feuille pour plus tard et je sors l’objectif. Il a bien entendu un bouchon d’objectif qui indique le diamètre du filtre : 82mm. Bon, tant pis pour moi, tous mes filtres et autres bagues porte-filtre s’arrêtent au 77mm pour le moment. C’était le diamètre maximal que j’avais sur l’ensemble de mon petit parc optique. Donc, pas de test en pose (très) longue.

L’objectif est moyennement lourd, je ne l’ai pas pesé, parce que je trouve que les chiffres ne parlent pas tellement aux gens. Alors pour comparer, je dirais que cet objectif Samyang T-S 24mm 3.5 est dans la gamme de poids de mon EF 100mm Macro (mark I) qui m’a justement servi à faire  les photos présentes ici. Il est constitué de parties en plastique (assez jolies) et métalliques, les deux se confondant si on ne regarde pas de trop près. Il a bien sûr des molettes de réglages de la bascule et du décentrement, et des loquets pour l’orientation Portrait/Paysage.

Je vais devoir apprendre à me servir de ces molettes, qui se dévissent sans gros effort et se revissent correctement pour empêcher tout mouvement de décentrement non volontaire.

La qualité de fabrication est bonne, le plastique semble de bonne qualité, tout comme le métal. Quand je constate que c’est un objectif de prêt (il n’est donc pas propre comme neuf, mais quelques grains de poussières sont présents ici ou là), il n’a pas de marques sur le fût. La lentille a par contre pas mal souffert du prêt, et même après un passage de micro-fibre sur la lentille, celle-ci contient encore des marques.

De profil, il semblerait qu’elle dépasse légèrement du fût. Je ne peux pas le certifier en  y vissant un filtre pour la raison évoquée plus haut. Cet objectif n’est pas à entreposer verticalement lentille vers la bas sans bouchon !

A noter qu’il n’y a pas de pare-soleil fourni dans la boîte. Je ne me suis pas encore renseigné pour savoir s’il était possible d’en ajouter un. Le pare-soleil pourrait toutefois ajouter un vignettage. A voir donc.

Un liseré rouge vient jusqu’à imiter les objectifs Canon Série L. De loin, je pense que seule une personne avisée pourrait différencier cet objectif TS avec son homologue Canon TS-E 24 mm f/3.5 série L II.

Cette similitude avec la gamme Canon est peut-être là pour différencier les montures. Pour ma part, n’ayant pas eu l’objectif Canon entre les mains, la comparaison s’arrêtera là. De même, je ne pourrais pas comparer les qualités optiques, je m’en tiendrai à juger la qualité par rapport à mon usage et mes habitudes prises en UGA.

Premières conclusions

Suite à ces premières impressions, je dirais que cet objectif dégage un très bon aspect général. Samyang a peut-être chez certains une image de low cost. Il est vrai que les produits Samyang sont moins chers que les autres marques, mais le fait de payer moins cher peut être justifié par des concessions sur les options, pas obligatoirement par des concessions sur la qualité.

Bien que l’objectif coûte deux à trois fois (voire quatre fois) moins cher que ses concurrents, nous sommes tout de même face à un objectif coûteux, qui ne s’adresse pas à tout le monde, tant dans l’usage et dans sa complexité, que dans son prix.

A la vue de sa qualité de fabrication, cet objectif n’est pas cheap, et reste un prétendant sérieux dans le choix des objectifs Tilt Shift.

Seuls les tests à venir permettront de savoir si cet objectif a sa place dans mon sac photo ou non.

Tests à prévoir

J’ai quelques tests à mener de mon côté.

Dans un premier temps pour prendre en main l’objectif et son fonctionnement.

Ensuite il me faudra trouver des bons sujets. Je pense évidemment à des photos d’architecture, que ce soit en intérieur ou en extérieur. Je pense également à jouer sur la bascule du plan focal avec le désormais très répandu « effet maquette« , mais aussi avec d’autres tests en packshot pour justement avoir une grande profondeur de champ.

Cet objectif sera monté sur mon Canon EOS 5D Mark III, mais l’envie de comparer les photos que je pourrais prendre avec mon EF-S 10-22mm (équivalent à un 16-35mm sur un plein format) monté sur mon Canon EOS 7D est grande.

L’année dernière, j’ai beaucoup hésité à revendre cet objectif (et le boîtier aussi) pour prendre un UGA adapté au plein format. La question d’un Tilt Shift est revenue et donc a mis cette réflexion en attente.

Samyang T-S 24mm 3.5 monté sur Canon EOS 5D Mk III
Samyang T-S 24mm 3.5 monté sur Canon EOS 5D Mk III

Autres idées de tests et remerciements

Je reste ouvert à d’autres tests si vous avez des idées et que je peux les réaliser dans le temps imparti (le prêt n’est malheureusement pas infini). Donc, j’attends vos idées en commentaires, mais également vos questions si vous en avez.

Je tiens à remercier Samyang France, et particulièrement Monsieur Rabuteau, pour ce prêt, sans contre-partie ou demande particulière de sa part, autre qu’en parler autour de moi. Ce n’est donc pas un article sponsorisé pour vanter les avantages de cet objectif en omettant de parler des défauts. Il n’est pas du tout question de cela sur mon blog. Je suis à l’origine de cette demande de prêt pour un éventuel achat et j’espère que la réflexion que je vais mener pourra servir à d’autres personnes intéressées. Les avis sont encore trop peu nombreux sur le net, encore plus sur le net francophone, cela me donne une raison supplémentaire pour partager cette expérience avec vous.

 

[juiz_sps counters=1 buttons= »facebook, twitter, google, pinterest, linkedin, mail »]

 

2 thoughts on “Test | Samyang T-S 24mm 3.5 (Tilt shift) | Premières impressions

  1. Alors un retour après l’utilisation de ce TS ?
    je suis également intéréssé pour passer le cap mais je ne sais pas trop quoi en penser…
    merci de votre avis…

    • C’est vrai que je n’ai toujours pas rédigé un autre article sur cet objectif.
      Et bien, j’ai tellement aimé cet objectif que quelques mois après le prêt, j’ai fini par me l’acheter.
      Je me sers essentiellement du décentrement, j’ai encore beaucoup de mal à voir l’intérêt de la bascule avec un 24mm.
      Il demande un peu de temps pour l’apprivoiser mais il permet des vues quasi uniques, l’effet peut paraître inhabituel pour certaines personnes, mais c’est efficace.
      le rapport qualité/prix m’est satisfaisant : il coûte entre 2 et 3 fois moins que son équivalent de la marque Canon et je n’ai pas à me plaindre de la qualité des images. Certaines photos peuvent souffrent un peu de manque de piqué, cela provient peut-être de l’objectif mais peut-être aussi d’un manque d’expérience de ma part pour maîtriser la bête.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*